• Yo!

    Après m'être rendue compte que ça faisait un moment que j'avais pas traduit la suite d'Ojamajo Doremi 16 (si on ne compte pas les corrections pour les PDF, ce qui m'a quand même pris du temps) je me suis dit "aller Bobosse. Tu te dois de poster contre vents et marrées." 

    Donc en ce jour où j'ai séché tous mes cours pour réviser mes partiels de jeudi, je me suis posée 3h devant mon bureau, un yop m'ayant servis de repas pour les 2 derniers midi (L'équilibre alimentaire c'est important les enfants. Non mais moi je suis étudiante en dèche de sous, j'ai une excuse!) et je vous ai traduit la suite d'Ojamajo Doremi (donc en fait, si je loupe mes études, ce sera votre faute. Na.)

    Vous pouvez accédez à la première partie du chapitre 5 ici: http://doremi-magical.eklablog.fr/chapitre-5-partie-1-a125486216

     

     

    Enjoy!

     

    -Bobosse

    (qui devrait vraiment commencer à bosser)


    1 commentaire
  • OJAMAJEURS L'HEURE EST GRAVE

    (commencer un article avec une intro aussi pourrie: done)

    Bon déjà par ce que je suis de retour (je sais).

    Ensuite par ce que les admins de ce blog passent bientôt leurs examens de second semestre.

    ET FIGUREZ-VOUS QUE C'EST PAS DROLE LES EXAMENS DE SECOND SEMESTRE.

    Tu te lèves tôt, tu révises les quelques cours que tu as déjà fait, tu en découvres certains et tu pleures en comprenant que t'es fichue, tu te souviens soudainement que tu as suédois lv2 et que tu ne sais même plus dire "bonjour" dans cette langue, tu sais que tu dois dépenser une fortune en hôtel pour aller passer tes examens histoire de ne pas retomber sur la même folle que la dernière fois et tu n'en as pas vraiment les moyens. Et tu pleures encore une fois, juste de pur désespoir.

     

    Partiels Time

     

    Partiels Time

     

     

    Les études, c'est dur. En plus je suis assez comme Bobosse sur ce point, c'est-à-dire que je suis dans mon cursus par ce que je le kiffe, mais que j'ai du mal à m'imaginer faire mes trois ans de licence là dedans, et ma spécialisation en master de la même manière. Donc je me pose des questions. Et puis la je me suis dis (ce qui n'a rien à voir avec ce que je raconte d'ailleurs)

    "hey grosse, c'est bien beau de passer régulièrement sur ton blog, mais ce serait pas mal d'y faire un truc de genre CONSTRUCTIF. Histoire de changer"

    Donc je me suis bougée, j'ai bravé la tempête de fils qui me séparaient de ma box et j'ai remis la connexion en marche (par ce qu'elle déconnait sérieusement bien à tomber), tout ça pour vous pondre un pavé inutile pour soulager ma petite conscience de co-admin. 

    JE REVIENS JE VAIS ME PENDRE.

    J'ai tellement pas de conscience professionnelle.

    en plus je suis épuisée ça n'arrange rien

     

    Bien bien, sinon comment allez-vous ? Je sais que Bobosse a été super active, ELLE, et je l'en remercie. Mais vous m'avez manqués. Le fait d'écrire des conneries m'avait manqué. Et vos commentaires aussi.

     

    Partiels Time

     

     

    La vie est belle <3 

    Aicko-Chan


    37 commentaires
  •  

    Bonjour Ojamajeurs ~!

    Comment allez-vous?

    Je sais que j'ai posté un truc y'a pas longtemps et que c'est un véritable miracle que je montre un signe de vie si peu de temps après sans compter que mes examens c'est dans UNE SEMAINE SANS PRESSION AUCUNE

    D'ailleurs j'ai une semaine pour parler suédois. C'est formidable. A l'heure qu'il est je ne connais même pas l'alphabet. Donc je vous préviens tout de suite en juin je suis en rattrapages :D (Aicko a FOI en la vie).

     

     

    (~ Attention transition magique de sujet ~)

    Je sais que c'est l'anniversaire de Kai-Kun aujourd'hui, sûrement le plus jeune d'entre nous alors BON ANNIVERSAIRE PETITE CROTTE MAGIQUE !

     

     

    Sinon ma foi, pour changer je n'ai pas grand chose à dire, mais en ce moment je suis assez morose. Je me souviens de pas mal de mauvaises choses et ça me mine le moral. Ce blog m'aide un peu à rester en surface, et donc merci à vous tous ! 

    Je pense qu'il est sacrément important de savoir prendre du recul sur les choses, et plus encore de leur donner l'importance qu'elles méritent, surtout si ces choses ne valent presque rien. Ou  plutôt qu'elles valent l'expérience, mais qu'elle vous font souffrir. On ne peut pas être dans la tête des autres, et on ne peut pas vivre pour eux. Bloquer sur le passé ça revient à mourir en quelque sorte. C'est ce que je pense en tout cas, alors il nous faut aller de l'avant les enfants ! (Dormir. Vite);

     

     

    --> SINON <-- 

    Je tenais à vous annoncer le scoop moi-même :

     

    Nous savons tous que notre chère Bobosse est une admin non seulement efficace mais aussi passionnée, et tellement dévouée qu'elle s'est déjà teint les cheveux comme Dorémi (tant d'amour <3)

    Eh bien je me suis faite faire la coupe de Sophie (même si en fait c'est un ratage par ce que je ne voulais pas ça mais ma foi on va faire genre par ce que merde ça a coûté de l'argent)

    Here it goes

     

    Finalement je suis plutôt contente. Par ce que de toute façon j'ai jamais pris vraiment soin de mes cheveux et que de toute façon ça repousse. Donc je changerai de tête. Pas comme cette chère Bobosse qui connaît quelques soucis capillaires dont je vous épargnerez les détails dans cet article (KEEP FIGHTING PETIT ARC-EN-CIEL)

    Avec Bobosse, nous reprendrons la traduction après nos examens (et moi après les rattrapages :D #pasdefoienmontalent)

    J'espère vous voir encore fréquemment entre temps, ce n'est pas par ce que nous ne postons pas que nous ne pensons pas à vous ;) 

    Et puis ce n'est pas par ce que vous êtes de plus en plus nombreux que l'on prend la grosse tête, oh non

     

    D'ailleurs j'ai pu remarquer que de nouveaux Ojamajeurs étaient arrivés ces derniers temps, alors de notre part à toutes : MERCI <3

    Aicko-Chan

    P.S: J'espère que vous kiffez le gif de la semaine. Je crois que je vais le laisser là et en faire "le gif de la décennie" tellement il me plaît ce petit


    13 commentaires
  • Chapitre 5

    partie 2

     

     

    Après cette journée, Loulou devint super-active et commença à discuter joyeusement avec tout le monde, comme si un poids avait été retiré de ses épaules.

    Tôt le matin, elle invita une Bibi encore endormie à se joindre à elle pour des exercices sportifs matinaux, près de l’école élémentaire. Ensuite, elle alla avec mamie et maman dans les champs pour récolter quelques légumes de saison. Après cela, elle accompagna Sophie à son entraînement d’athlétisme, et elles transpirèrent bien toutes les deux.

    Enfin, c’est ce que m’a raconté Emilie.

    Ouaip, moi j’ai dormi jusqu’à midi.

    C’est parce-que nous étions toutes si excitées durant la soirée pyjama d’hier soir que je n’ai pas réussis à m’endormir. Ha haha.

    Je suis descendue me rafraîchir avec l’eau du robinet de la cour, rattaché directement au puit. J’aperçus Loulou qui se dirigeait vers le bureau de mon grand-père, à quelques mètres.

    « Bonjour, Loulou. 

    —C’est un peu tard pour les salutations matinales. Tu es une vraie marmotte.

    —Oups. Enfin peu importe, quoi de neuf ?

    —Je pensais aller demander à grand père de me laisser regarder son travail. M’expliqua Loulou.

    —Oh, je viens aussi, alors. »

     

    L’odeur du vernis nous parvint sitôt entrées dans la pièce.

    En plus d’être agriculteur, grand-père est un maître laquier « Shunkei » plutôt connu dans la région. Le style « Shunkei » diffère de la façon dont on laque habituellement les objets, de par l’envie de faire ressortir la beauté du bois utilisé comme matériel, et il utilise donc plus des tons rouges et jaunes.  Il peut être appliqué sur des plateaux, les boîte-bento et sur les coupelles de tasse à café.

    « Est-ce que ça dérange si nous vous regardons travailler ? » Demanda Loulou. Grand-père, qui était en train de fini de laquer un masque traditionnel Nô utilisé pendant les cérémonies, s’arrêta et acquiesça silencieusement.

    Les yeux de Loulou brillèrent d’émerveillement en contemplant le travail précautionneux de grand-père, mais personnellement, je commençai vite à m’ennuyer, et lâcha un bâillement.

    « Dorémi, j’ai soif. Peux-tu me ramener un peu de thé ? » Demanda grand-père en me tendant une théière vide.

    « Ok ! »

    Alors que j’allais attraper la théière, Loulou me devança et dit « Je vais y aller à ta place ».

    « Ça va aller. Loulou, tu voulais discuter avec papi, n’est-ce pas ? A plus tard. »

    Une fois que j’eus quitté la pièce, Loulou se leva et alla s’asseoir à côté de grand-père.

    « Vous voulez un massage des épaules ? 

    —Je ne veux pas t’embêter, mais si tu veux bien, je t’en remercie »

    Alors que les mains de Loulou s’affairaient à masser, elle demanda :

     « Grand-père, je peux vous demander quelque chose ? 

    —Oui, quoi donc ?

    —Depuis combien de temps êtes-vous laquier ?

    —Hum…Je l’étais avant de rencontré mamie, donc ça doit faire environ 60 ans.

    —Wow ! C’est incroyable.

    —Pas tellement

    —Mais vous continuez de créer de si belle pièce. Je vous admire vraiment. Vous devez avoir beaucoup de talent pour ça. » Dit Loulou en regardant les plateaux et boîtes bento posés sur l’étagère par grand-père.

    « Du talent ? Ce n’est pas vrai. J’ai juste regardé et recopié ce que faisait mon père.

    —Mais ne faire que ça ne permet pas de créer de si belles pièces. Ce sont comme des objets d’arts. 

    —Ho ho ho, tu peux continuer à vanter mon travail, mais je ne peux  rien t’offrir d’autre que du thé en échange.

    Loulou rigola, et j’arrivais à cet instant.

    Après avoir servi du thé pour tous les trois, nous le bûmes ensemble.

    « Si je suis effectivement doué de quelque chose, c’est de la force de continuer à faire ce que j’aime. » Dit grand-père les yeux mi-clos.

    « Continuer…à faire ce que j’aime ? »

    L’expression de Loulou s’illumina un instant, et il m’était facile de deviner pourquoi.

     

     

    « Je vais continuer ma carrière, pour moi-même. »

    Loulou nous annonça sa décision une nuit où nous jouions avec des petits feux d’artifices dans la cour.

    Cette soudaine déclaration choqua un peu Emilie et Sophie au premier abord.

    Comme je m’en doutais déjà, je lui souris et répondis :

     « Oh ! Je suis contente que tes hésitations prennent fin. 

    —Merci.

    —Je le savais. Loulou ne peut pas se contenter d’être qu’une fille normale. Etre une actrice te convient vraiment mieux. » Dit Emilie en s’approchant pour donner un nouveau bâton de feu d’artifice à Loulou.

    « Vraiment ?

    —Loulou est vraiment belle ce soir. Comme si ton aura de superstar rayonnait. » Ajouta Sophie en allumant son propre bâton avec celui de Loulou.

    « Merci. » Répondit Loulou, en faisant tournoyer des étincelles.

    Ne restant pas en reste, je fis tournoyer mon propre bâton et demanda : « Hey, tu as dit que tu allais continuer à être actrice « pour toi-même ». Qu’est-ce que tu veux dire par là ? 

    —Au moment où je suis entrée dans l’industrie du show-business et que j’ai commencé à travailler dur pour être une enfant star, j’ai tout fait pour réaliser les rêves de ma mère. En échange, ma mère m’aidait à gérer toutes les choses en dehors du travail.

    —Mais tu n’étais qu’une enfant à l’époque, c’était sa responsabilité.

    —J’étais vraiment gâtée à l’époque. Mais maintenant, je me reposerais sur moi-même, et peu importe à quelle lenteur avancent mes progrès, je continuerais à marcher  sur le chemin de la vie d’actrice, avec joie. »

    Tout en disant  cela, elle se tourna vers Papa et Papi qui buvaient de la bière sous la véranda, et acquiesça dans leur direction. Papi et Papa sourirent et levèrent leurs verres.

    A cet instant, maman nous apporta du thé glacé. Nous attrapâmes chacune une tasse et les levèrent en l’air.

    « Portons un toast au futur de Loulou !

    —Santé ! »

    Nous bûmes toutes nos verres d’une seule traite.

     

     

    Loulou, fidèle à elle-même, fit rapidement bouger les choses.

     Après notre retour de Hida, où nous avions passé nos vacances, Loulou apparu à la fermeture du MAHO-do.

    « Salut ! » Elle fit signe de sa main droite et entra avec désinvolture dans le magasin.

    « Lo-loulou ?!

    —Qu-qu’est-ce que tu fais là ? »

    Emilie et moi la regardâmes, bouche bée, comme si nous avions aperçu un fantôme.

    Sophie ne travaillait pas aujourd’hui, elle devait concourir pour une compétition inter-lycée.

    « Qu’est-ce qu’il y a ? Je ne suis pas un fantôme. Regardez, j’ai des jambes. »

    Sans réfléchir, Emilie et moi regardâmes les jambes de Loulou.

    « Hihihi, donc tu es la vraie Loulou ! » Dit Emilie avec un petit rire.

    « Mais pourquoi ? Tu n’as pas parlé de revenir ici quand on était à Hida.

    —Héhé. En fait, je viens juste de signer un contrat dans  une  nouvelle boite de production, donc je suis venue vous l’annoncer.

    —Hein !? »

    Je tombais de ma chaise, choquée, et les lunettes d’Emilie descendirent sur son nez.

    Comme satisfaite de nos réactions, Loulou rigola en se tenant les côtes.

    « Loulou, c’est pas gentil…

    —Désolée. C’était une réaction encore meilleure que celle à laquelle je m’attendais. »

    Loulou m’aida à me relever, puis s’assit à la table et commença à expliquer comment elle avait signé avec une nouvelle agence.

    Les jours suivant sa décision de redevenir actrice, Loulou retourna à Hokkaido annoncer à ses parents qu’elle souhaitait refaire ses débuts à Tokyo. Ses parents, sentant bien que cette décision était mûrement réfléchie, acceptèrent sa requête. Depuis, elle a contacté chaque agence quelle connaissait de par ses relations dans le show-business. Cependant, avec son image d’enfant star uniquement capable de jouer des rôles d’enfants qui lui collait à la peau et sa côte de popularité au plus bas, aucune compagnie ne voulait d’elle. Mais Loulou n’a pas abandonné.

    Par le passé, Loulou avait rencontré une actrice du même âge, Karen Morino, à une audition, et elles avaient gardé contact. Après concertation, Karen lui a présenté la compagnie avec laquelle elle avait signé. Loulou a immédiatement écrit une lettre à l’agence, se présentant et exprimant son envie de redevenir actrice, et elle reçut rapidement une réponse demandant un entretien en tête à tête.  Et aujourd’hui, elle avait voyagé jusqu’à Tokyo pour passer l’entretien dans les bureaux de la compagnie.

    Cette habilité à prendre les choses en main est une des plus grandes qualités de Loulou.

    « Leur bureaux étaient plutôt petits, mais ils se concentrent sur la carrière de leur artistes au lieu de juste faire du profit, donc j’ai décidé de signer chez eux. 

    —C’est super !

    —Félicitations, Loulou.

    —Merci. »

                    A cet instant, Maggie Grigri et Lala vinrent se joindre à nous.

    « Oh, mais c’est Loulou !  S’exclama Maggie Grigri.

    —Maggie Grigri, Lala, ça fait si longtemps !

    Elles se firent un câlin, ravies de ces retrouvailles.

    « Maggie Grigri, Loulou vient de signer avec une nouvelle agence.

    —Oh, c’est vrai ? Tu vas rester ici ?

    —Nope. J’ai prévu de vivre à l’internat de l’agence.

    —Oh, en parlant de ça, il y avait des rumeurs comme quoi vous alliez vendre la maison de famille ? »

    —Ca a été inventé par les médias. Une fois maman guérie, on reviendra habiter ici. 

    —Je le savais !

    —Tous ces changements ne vont pas être difficiles, Loulou ?

    —C’est vrai ça. Que penses-tu de devenir apprentie aussi, Loulou ? » Suggéra Lala

    Nous lui avions aussi conseillé ça, mais Loulou avait refusé obstinément.

     « Je m’en sortirai très bien comme ça.

    —Mais…

    —Si je pouvais utiliser la magie, je suis sûre que je l’utiliserais pour mon propre profit, comme par le passé. Et puis j’essaierais aussi de guérir Maman. » Répondit Loulou avec un sourire avant de nous tirer la langue avec malice, même si ses yeux étaient très sérieux.

    Aborder ce sujet laissa un blanc.

    Sentant cela, Emilie changea de conversation :

    « Et le lycée ?

    —C’est bon.  Je me suis faite transférée dans un lycée avec des cours pour célébrités.

    —C’est bien notre Loulou ! Tu penses vraiment à tout.

    —Les cours de danse et de chant commencent demain, donc il fallait mieux régler tous ces détails à l’avance.

    —Loulou Segawa est finalement en passe de devenir une grande actrice. On te soutien à fond !

    —Bon courage !

    —Merci. Assez parlé de moi. Dorémi, je viens de croiser François sur le chemin pour venir ici. Dit Loulou

    —V-Vraiment…

    —François est devenu vraiment cool ! Je comprends que tu lui aies laissé une lettre d’amour. »

    Pendant nos vacances à Hida, j’avais raconté à Loulou toute l’histoire avec François.

    « On a pas beaucoup parlé, et quand j’ai abordé le sujet de Dorémi, François est partit en courant comme s’il s’enfuyait.

    —Loulou, ne reparlons pas de ça ! » Implorais-je, tentant de changer de sujet.

    « A en juger par son comportement, je pense qu’il s’inquiète toujours du fait qu’il ne t’ait pas donné de réponse.

    —Alors Loulou le pense aussi. Je crois bien que c’est ça. » Emilie se joignit avec passion à la conversation. « Une confession amoureuse par écrit demande beaucoup de soin et de réflexion, donc il doit encore réfléchir à certaines choses. 

    —Je comprends. Je me suis sentie pareille quand je suis partie à Hokkaido. Je savais que tout le monde allait s’inquiéter pour moi, mais il y aurait eu beaucoup de problème si j’en avais parlé…au final, ça a été vraiment dur de n’en parler à personne. »

    Je fus heureuse de voir tout le monde s’impliquer autant pour moi. Mais ? Est-ce que ça voudrait dire…

    « Qu’est-ce qu’il y a Dorémi ? 

    —Euh… »

    Je ne savais pas comment expliquer ça clairement, mais si François m’aimait vraiment, est-ce que ça voudrait dire qu’on pourrait se mettre ensemble ? François a toujours pris soin de moi. Même s’il n’arrêtait pas de se plaindre à ce propos,  il était toujours en quelque sorte en train de me protéger. J’ai l’impression qu’il n’aurait pas fait tout ça pour quelqu’un d’autre que moi.

    « Est-ce que ça ne veut pas dire qu’il t’aime ? »

    Loulou pourrait avoir raison. C’est comme si on avait toujours été en couple.

    « Dorémi, pourquoi tu n’irais pas lui demander en personne, au lieu d’écrire ou d’appeler ? Vous êtes tous les deux dans le même lycée, c’est bête que votre relation reste tendue comme ça. » Dit Emilie.

    Cependant, j’avais l’impression qu’il avait fait exprès de m’éviter ces jours-ci.

    « C’est vrai. Je pense que ça clarifierait vraiment les choses.  Ajouta Loulou.

    —Loulou peut vraiment être directe… »

    Mais être directe est ce qui nous a donné nos boulots au MAHO-do, et nous a permis de résoudre plein de problème grâce à la magie, et nous a fait rencontrer de nouveau amis, pour n’en citer qu’une partie.

    Le lycée est un endroit où beaucoup d’élèves viennent de loin et se regroupent, et je me suis fait des amis qui m’ont appris un tas de choses dont j’ignorais tout.

    Si j’avais un petit copain, est-ce que je l’aimerai plus que mes amis ?

    Je sais que je n’en ai pas pour le moment, mais je ne peux pas m’empêcher de m’en inquiéter.

    Après avoir exprimé mes préoccupations, Emilie sourit et me rassura : « Ça ira Dorémi. Je suis très attachée à Frédéric, mais je vous adore toutes, ainsi que mes amis de l’académie Karen et ma famille aussi. »

    Lala fit un clin d’œil et continua : « Il y a tellement de choses que vous autres adolescents veulent faire. C’est vraiment dur de tout laisser tomber pour se concentrer sur l’amour. »

    A cet instant, mon téléphone sonna, prévenant d’un nouveau message.

    « Ah, c’est Sophie ! »

    Emilie regarda l’horloge du magasin et ajouta : « La compétition vient probablement juste de se finir ! »

    D’après un message qu’elle avait envoyé ce matin, Sophie était allée jusqu’en finale, avec un temps qui la classait dans les 5 premiers. Je lui téléphonai immédiatement.

    « Salut Sophie, c’était comment ? »

    Sophie resta silencieuse.

    « Qu’est-ce qu’il y a Sophie ? »

    Tout le monde se rassembla avec inquiétude autour de moi.

    « Salut Sophie ! »

    J’entendis un faible sanglot.

    « Sophie…pleure. »

     

     

    TRADUCTION: BOBOSSE

     

     


    14 commentaires
  • Yo'!

    Ici Bobosse!

    Je viens juste de finir mes épreuves de mi-semestre! (hahahahahahahhaghazjgdhzegkfcjuygazejuyfg)
    Pour faire un rapide résumé:

    1) Epreuve de Bio cellulaire/animale/végétale

    C'est celle que je craignais le plus. j'ai regardé le sujet, il m'a pas inspiré. j'ai re-regardé, j'ai essayé de répondre aux questions, je comprenais pas vraiment ce qu'il voulait alors j'ai vomis mon cours sur la copie (Spéciale dédicace à ma dizaine de fiche de révision) en sortant 2 copies doubles sur les microtubules. (Mais c'est l'épreuve qui s'est le mieux passé dans le fond)

    2) Thermo: le drame d'une promo à la dérive *musique dramatique*

    Je vous donne l'ambiance: La fille en face de moi a passé la moitié de l'épreuve à pleurer. Perso à la moitié de l'épreuve j'étais qu'à la moitié de l'exercice 1 (sur 3).

    Puis j'ai réalisé que je m'étais copieusement plantée.

     

    PARTOUT.

    En plus comme faut les premières valeurs pour faire la suite bah pouet pouet. J'ai finis par faire un seul exo sur trois, mais d'après les retours de mes camarades, c'est pas si mal que ça. \o/ (en même temps les profs continuent de nous foutre des partiels avec des questions sans rapport avec le cours ou les TD, et après ils nous gueulent dessus quand la promo est à 5 de moyenne. Oui la promo entière. Non ils ne se remettent pas en question, voyons.)

    A la fin des épreuves je devais rejoindre quelqu'un, qui m'a posé un lapin. J'ai fais 3h de transport pour rien. Et je me suis levée à 5h ce matin pour ces saletés d'épreuves et mon seul réconfort de la journée c'était ce rendez-vous. (Ah oui aussi ma maison a faillis prendre feu à cause d'un abat jour qui a cramé et j'ai faillis me prendre un bus en pleine poire)

     Mais vous savez ce qu'il faut faire dans ce cas les amis? 

    Quelque chose de productif et qui fera plaisir à tout le monde

    /coeur coeur coeur love love love/


    Enfin tout ça pour dire qu'en un peu moins d 3 heures, je vous ais fait la suite de la traduc (oui tout ce blabla pour dire ça):

    http://doremi-magical.eklablog.fr/chapitre-5-partie-2-a125721176

     

    Enjoy! ;)

     

    Moi je vais me coucher j'en ai ras le bol de cette journée


    7 commentaires