• Chapitre 4 partie 1

     

     

    C’est arrivé quelques jours après notre retour de Wakkanai.

    – Aaaaaaaaaah ! Je ne savais paaaaaaaaaaaaaas ...—

    Je ne l’ai pas crié à haute voix, mais dans ma tête, j’avais la même pose que dans « Le cri » de Munch.1

    Depuis mon entrée au lycée, ma vie a complètement changé. Plus précisément, elle est devenue très remplie, et son rythme semble s’être accéléré.

    Après tout ça, j’étais tellement occupée que même si je me souvenais de la chute des pétales de cerisiers, je n'ai pas pu me rappeler quelles fleurs ont commencé à fleurir autour de notre maison.

    J’étais occupée avec le lycée et le job à mi-temps au Maho-dou, mais je me suis vite habituée. J’étais tellement prise par mes propres affaires, que je sentais que je loupais beaucoup d’autres choses.

    « Ça a toujours été comme ça. » commenta Sophie sans hésitation.

    Sophie est tellement cool. C’est vrai, ma vie a toujours été débordée d’événements et de rebondissements. Et dire que j’étais impatiente de ralentir le rythme et de devenir une jeune fille calme une fois au lycée.

    Au fait, il y a environ une semaine, Émilie est venue au MAHO-dou et nous a saluées avec un « Bonjour... ».

    En entendant la voix d’Émilie, Sophie a de suite demandé :

    « Qu’est-ce qu’il y a ? Tu te sens mal Émilie ?

    -Hum, c’est peut être juste la période des examens ? Le lycée, c’est plein de contrôles et d’examens.

    -Je sais, je sais. On vient juste d’en finir avec un examen d’entrée super pénible, et on a quand même encore des examens. C’est tellement cruel. » me suis-je plainte.

    C’est à partir de ce moment que Sophie commença à remarquer qu’Émilie n’était pas comme d’habitude. Malheureusement, je ne me suis pas plus interrogée que ça, même quand j'ai remarqué que Sophie n’avait pas sortie une plaisanterie bien pensée sur ma complainte.

    « Les activités en Athlétisme sont dures aussi pour Sophie, n’est-ce pas ? continua Émilie.

    -C’est parce que je suis nouvelle, il y a donc plein de choses à faire.

    -Le nombre de mes leçons de violon a aussi augmenté, je suis désolée de ne pas pouvoir venir plus souvent au MAHO-dou du coup. ».

    Émilie s’inquiétait de ce que Sophie et moi pensions, et ne dit rien de plus après cela. Mais le sourire qu’elle nous a montré était faible.

    Les hortensias fleurissaient  en de magnifiques couleurs, violets teintés d’une légère touche de bleue.

    Il pleuvait ce jour-là. Le MAHO-dou était silencieux, sans aucun client.

    Sophie et Émilie avaient fait une pause dans leurs activités d’athlétisme et leçons de violon, nous avions donc réussi à nous retrouver toutes les trois pour la première fois depuis deux semaines. Afin de couvrir l’odeur de pluie qui avait pénétré dans le magasin, nous avions fait du thé et des cookies,  dont les délicieux parfums flottaient dans l’air.

    « Oh non, aucun client ne va venir avec cette pluie... » dit Maggie Grigri tristement.

    Nous avions éteint la plupart des lumières du magasin, et le manque de soleil même en ces premières journées d’été me fit réaliser à quel point il faisait sombre.

    « Pourquoi ne pas avoir une conversation à cœur ouvert ? » suggéra Maggie Grigri. Et finalement, Émilie cracha le morceau.

     

    Le cri dans mon esprit dont j’ai parlé au début était dû à ça. J’ai été si peu attentive. Ça avait commencé pendant que nous étions à la recherche de Loulou.

    « …ça a commencé avec quelques camarades qui n’arrêtaient pas de me lancer des regards furtifs... » dit Émilie avec un soupir alors qu’elle reposait sa tasse sur le plateau.

    « Je ne savais pas pourquoi, de plus, ils se détournaient toujours rapidement quand je les remarquais. J’ai essayé de demander pourquoi, mais ils ne m’ont jamais donné de réponse claire.

    -Eh bien, c’est suspect... commenta Sophie.

    -Peut-être qu’ils ne faisaient que regarder Émilie normalement... » suggéra Lala.

    En vérité, Émilie étaient la cible du forum de l’Académie Karen2.

    Ceux qui avaient été au collège avec Émilie la connaissaient bien. C’était une fille mignonne et réservée, mais aussi un peu tête en l’air. Comme on peut le déduire de son apparence, c’était une douce, sympathique, et rafraîchissante lycéenne. Du coup, nous avions pensé que personne ne croirait ces rumeurs.

    « Tout le monde sait que de nos jours, les forums des écoles sont juste plein de mensonges. Dis-je.

    -Tout le monde écrit n’importe quoi pour décharger sa propre frustration. Ils vont vite se lasser. ajouta Sophie.

    -Recourir au harcèlement pour décharger sa frustration est déplorable. » déclara Maggie Grigri, l’air blasé.

    Cependant, nous savions qu’elle n’était pas aussi indifférente qu’elle le paraissait. Maggie Grigri a toujours été douée pour cacher ses sentiments. Pour ma part, j’ai séché les cours quelques fois aussi. Cependant, la plupart du temps c’était pour des raisons personnelles, comme ne pas aller à un contrôle, ou être trop fatiguée pour être restée trop tard à regarder la télé la veille, ou quand je ne veux pas courir en cours d’EPS.

    C’était entièrement ma faute

    Je sens que je me suis trop écoutée. Le lycée de Misora a probablement un forum aussi, mais je ne m’y suis pas intéressée, et je ne crois pas non plus aux rumeurs postées là-bas. Et à cause de ça, même si j’avais vu quelqu’un de ma classe déprimer, j’aurai supposé qu’il était juste fatigué, comme moi. Je n’ai même pas réalisé qu’Émilie, ma meilleure amie, en souffrait.

    « Haaa~ Je me déteste~.. dis-je avec un soupir.

    -De quoi tu parles ? demanda Sophie.

    -Je veux dire, Émilie souffre tellement, et je ne l’avais même pas remarqué. Je me sens tellement pathétique…

    -Dorémi, Sophie, je suis désolée. J’ai moi-même supposé que ça cesserai vite... s’excusa Émilie.

    -Qu’est-ce que tu racontes ? Tu n’as rien à te faire pardonner ! protestai-je.

    -C’est vrai. Émilie, tu es la victime ici. » ajouta Sophie.

    Finalement Émilie sourit, mais les larmes commencèrent immédiatement à immerger ses yeux.

    « Émilie... »

    Troublées, nous tendîmes nos mouchoirs à Émilie.

    « Merci…Je me sens tellement soulagée... »

    Émilie sortit son propre mouchoir de sa poche et essuya ses larmes.

    « Nous sommes peut-être dans de différentes écoles et donc incapable de résoudre le problème, mais viens juste nous parler si quelque chose arrive. Nous t’aiderons certainement ! dit Sophie.

    -C’est vrai Émilie ! Du moment qu’on y réfléchit ensemble, on peut trouver de bonnes idées ! ajoutai-je.

    -Oui… » dit Émilie, en acquiesçant à plusieurs reprises.

     Alors que la nuit tombait, le silence s’installa et nous pûmes entendre le son de la pluie. Cela faisait plus de deux heures que nous étions au MAHO-dou, Maggie Grigri nous encouragea donc à rentrer chez nous. Au même moment, Maggie Grigri regarda par la fenêtre et pencha sa tête sur le côté. Elle crut avoir vu quelqu’un passer derrière la vitre.

    « C’est peut-être un client. ».

    En disant ces mots, elle ouvrit la porte, mais il n’y avait personne. Le son de la pluie s’intensifia à cause de la porte ouverte.

    « C’est complètement noir dehors, mais il n’est même pas encore tard. commenta Sophie.

    -Tu as raison. Ça me donne faim en quelques sortes. » ajoutai-je.

    En entendant ça, Émilie gloussa :

    « Dorémi, tu ne changeras jamais !

    -On dirait qu’Émilie est à nouveau normale !  dit Sophie en levant son pouce à Émilie.

    - C’est vrai ! Vous allez vite en avoir marre ! » répliqua Émilie.

    -Exactement. Contrairement à Dorémi, il n'y a pas beaucoup de blagues à faire sur Émilie, donc je suis vite à court de blagues... se lamenta Sophie.

    -Qu-… Sophie, c’est tellement méchant ! ».

    Nous rangeâmes la vaisselle, remerciâmes Maggie Grigri et Lala, et nous nous dépêchâmes de rentrer chacune chez nous.

    Je souhaite que les articles sur Émilie sur internet disparaissent.  Levant les yeux vers le ciel sombre, je fis un souhait auprès des étoiles cachées derrière les nuages pluvieux.

    A cette époque, nous pensions que les posts sur le forum étaient juste des calomnies, et que toutes ces rumeurs infondées étaient juste des ragots qui circulait un peu par hasard sur Émilie. Cependant, ils n’ont pas disparus. En fait, il y en avait de plus en plus chaque jour.

    « Émilie, as-tu des amis dans ta classe qui sont tes alliés ?

    -Oui. Il y a la fille qui m’a tout raconté pour le forum. C’est comme ça que je me suis rendue compte que j’étais la cible de ce site. ».

    Cette fille était une amie et camarade de classe, Mukai Riko, qui venait d’un autre collège extérieur à l’académie. La plupart des élèves présents à l’académie pour fille Karen, et en particulier celles de la section musicale, viennent du collège qui lui est affilié. Mukai, qui était une fille simple, était devenue amie avec Émilie quand elle avait rejoint l’école et avait rencontré tout le monde. C’était probablement parce qu’elle veillait sur Émilie.

    « Mukai m’a dit qu’elle ne croyait absolument pas ces post.

    -Ces forums sont juste plein de mensonges, il n’y a pas besoin de s’en faire. lui assurai-je.

    -C’est vrai, tu n’as pas à lire ces posts. » ajouta Sophie.

    Nous nous sentîmes un peu soulagées en entendant qu’Émilie avait une amie et alliée dans sa classe. Comme nous étions dans des lycées différents, nous ne pouvions savoir ce qu’il arrivait à Émilie, mis à part ce qu’elle choisissait de nous dire.

    « Cette Murai est une fille sympa, hein ?  La prochaine fois, présente-la nous ! dit Sophie.

    -Oui oui, je veux la rencontrer aussi ! ajoutai-je.

    -Très bien, je parlerai à Mukai de vous deux ! » promit Émilie.

    Sur ce, nous nous séparâmes.

    C’est ce que nous dit Émilie. Elle avait des amis dans sa classe, et aussi Héléna, même si elle était dans une classe différente. En dehors du lycée, elle nous a nous, ses meilleures amies depuis l’école primaire, et Maggie Grigri et Lala au magasin. Avec tout ça, elle est heureuse.

    La personne qui écrit tout ça sur elle en ligne doit être quelqu’un qui n’a pas autant d’amis. Cette personne est probablement juste jalouse d’Émilie. Si elle voulait dire du mal d’elle, elle aurait dû l’affronter directement au lieu de faire ça. Je suis une personne simple, c’est donc la seule conclusion à laquelle je suis arrivée.

    J’ai moi-même été jalouse du talent d’Émilie au violon, et aussi de son milieu familial, mais j’aime ma propre famille et le talent d’Émilie au violon est entièrement dû à son dur travail. En grandissant, j’ai appris à lire des mots que je ne pouvais pas lire enfant, et les matières comme l’anglais et la littérature classique ont cessé de sonner comme des incantations magiques absurdes à mes oreilles. Je ne connais peut-être pas la meilleure façon de vivre sa vie maintenant, mais j’ai appris tellement de choses, et rencontré tant de gens...

    Quand j’étais jeune, j’étais souvent jalouse des autres enfants, et disait des choses comme « Elle est tellement chanceuse. », « Ce n’est pas juste ! » ou « Je veux ça aussi. ». Si j’avais exprimé ces pensées à voix haute, elles se seraient certainement transformées en d'horribles mots, comme ceux maintenant inscrits dans l’écran de l’ordinateur, peu importe à quel point ils sont stupides.

    Ignorant les posts sur le forum, Émilie suivit les cours comme d’ordinaire. Cependant, les rumeurs du site internet semblèrent s’être rependues oralement, et Émilie reçu encore plus d’attentions déplacées,   même de la part des élèves des autres classes. Même quand elle venait au magasin de magie, Émilie ne cessait de soupirer.

    « C’est ça ! cria soudainement Sophie, en sortant son portable. On a fait le tour de la question, et ça n’a pas été suffisant. Je pense que le mieux, c’est de consulter un expert !

    -Un expert…tu veux dire la police ?

    -Non, non. ».

    Ayant pressé rapidement quelques touches sur son téléphone, Sophie l'appuya ensuite contre son oreille. « Ah, Loulou, il y a quelque chose dont j’aimerai te parler. ».

    Elle avait appelé Loulou. Après avoir brièvement mis Loulou au courant de la situation, Sophie dit : « Oui, c’est ce site. On est assez mal à l’aise avec ça. Émilie a été attaquée, nous voulons donc identifier le coupable. Aide-nous, s’il te plaît ! ».

    Fermant son téléphone, Sophie nous dit : « Loulou dit qu’elle regardera les posts du forum et enverra un e-mail à Émilie sur la façon de gérer le problème.

    -Vraiment ? C’est vrai, Loulou est une experte avec ce genre de choses. dis-je.

    -Oui, Loulou a été victime de tellement de rumeurs... » acquiesça Émilie.

    Nous étions enfin satisfaites de cette conclusion. Néanmoins, nous ne pouvions pardonner celui qui avait écrit toutes ces calomnies sur notre amie.

    « On peut résoudre ce problème rapidement avec la magie... » suggérai-je, mais Émilie secoua la tête.

    -J’espère résoudre le problème moi-même, dans la mesure du possible. Je vous ai toutes les deux à mes côtés, et même si utiliser la magie serait facile, tout ça est arrivé parce que j’ai moi-même fait quelque chose de mal. Attends donc un peu, s’il te plaît. ».

    J’étais d’accord avec le raisonnement d’Émilie. Aucun mal réel n’avait encore été fait, et le contenu de ces posts sur internet était juste des mensonges infondés.

    « Je comprends, Émilie. Mais ne te mine pas trop le moral avec ça. dis-je.

    -Merci, Dorémi et Sophie. ».

    Après nous avoir remerciées, Émilie rentra chez elle.

     

     

    Cependant, un incident se produisit quelques jours plus tard seulement.

     

    FIN PARTIE 1, CHAPITRE 4.

     

     

    ¤ NOTES DE LA TRADUCTRICE ¤

    : http://commentairesimages.free.fr/images/munch_TheScream.jpg

     

    : « Forum de l’académie Karen » est en fait dans la version originale « Karen Girls’ Academy’s Ura Site ». Au Japon, de nombreux lycée ont leur propres « Ura Sites », gérés par des élèves. Ils servent à se tenir au courant des évènements prévus, mais servent aussi aux potins. Le plus gros problème avec les « Ura Sites » est que les élèves s’en servent comme plateforme pour le cyber-harcèlement, rependant des rumeurs ou insultant d'autres élèves.  

     

    TRADUCTION: BOBOSSE

    CORRECTION: BÉRET

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 17 Mars 2015 à 19:38
    Trop cool, le chapitre!Hate de lire la suite!
    2
    Sakurako
    Mercredi 18 Mars 2015 à 10:45

    Ce chapitre était vraiment très intéressant ! Je te souhaite bon courage pour la suite de la traduction de cette histoire, ça ne doit pas être facile ! Bonne continuation ! smile

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Onpu-Chan
    Mercredi 18 Mars 2015 à 17:49
    Super traduct
    4
    Onpu-Chan
    Mercredi 18 Mars 2015 à 17:51

    Super traduction:)merci bcp et bonne continuation!!!:)))

     

    5
    Mercredi 18 Mars 2015 à 23:49

    Merci beaucoup à tous pour vos commentaires! :) 

    6
    Vendredi 20 Mars 2015 à 20:43

    Pfff, pourquoi coupé à ce moment ?!

    Sinon bon chapitre, hâte de voir la suite !!

    7
    Samedi 21 Mars 2015 à 12:58

    pour donner envie de lire la suite ! ;D (et aussi parce-que je découpe les chapitres en partie plus ou moins égales, d'environ une dizaine de pages! :) ) 

    8
    Samedi 21 Mars 2015 à 18:23

    Ahah :)

    9
    Yuzuru
    Samedi 28 Mars 2015 à 14:53

    Un très bon chapitre comme toujours cool vivement le prochain chapitre !!!

    10
    chaycha
    Lundi 6 Avril 2015 à 22:55
    Merci merci la suite la suite :-)
    11
    juju
    Dimanche 26 Avril 2015 à 23:33

    trop envie de lire la suite j'ai hate !!!

     

    12
    Vendredi 15 Mai 2015 à 16:22

    Han ça faisait longtemps que j'étais pas venue x) Je suis contente qu'Onpu soit de retour parmi nos Ojamajo >w< Mais pauvre Hazuki, je peux comprendre ce qu'elle ressent ;w; Curieuse de lire la suite ! ~

    13
    Sarah
    Mercredi 20 Mai 2015 à 22:12

    Tu sais ce que dit le "Ura Sites" sur Emilie ?

     

    Sinon c'est grave super !!!sarcastic 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :